Découvrez la femme en images en louant un Riad à Marrakech

La ville de Casablanca a récemment accueilli la galerie « Chilham » qui a d’ores et déjà commencé à proposer des expositions. Le premier évènement culturel et artistique de la nouvelle galerie est une exposition de l’artiste plasticien Abdel-llah Chahidi. Cette exposition qui est l’évènement inaugural de la galerie « Chilham » se tiendra jusqu’au 16 août. Selon le fondateur et la directrice artistique de la galerie, le langage envoûtant de l’artiste les a convaincus, puisqu’il s’inscrit dans une dynamique artistique innovante qui appelle au renouveau en termes de plasticité et de picturalité. La peinture de Chahidi est de qualité, conforme à la noblesse académique, et ses sujets qui portent essentiellement sur la femme sont bien pensés. Avec son thème « femme, femme, femme », Chahidi permet aux visiteurs de l’exposition de découvrir de manière intemporelle, les multiples facettes de la peinture dite onirique.

Comme ses peintures le montrent, son monde est peuplé de femmes dont la beauté rappelle celles de l’Orient. Des femmes qui surgissent parfois de l’imaginaire ou qui sont parfois prises sur le vif. Ce sont surtout des ombres et silhouettes ornées avec beaucoup d’affection que l’on voit plongées dans des environnements feutrés, doux et brumeux. Le tout aboutit à des scènes sensuelles. Les toiles de Chahidi font penser aux ambiances que Lady Mary Wortley Montagu décrit dans ses lettres en 1717 et qui ont inspiré de nombreuses créations. Partir de votre Riad à Marrakech pour la ville de Casablanca vous donnera la possibilité de découvrir ces créations et ces femmes qui font rêver.

De l’avis d’Abderrahan Benhamza, critique d’art et poète, le sens accordé par l’artiste à ses formes et les représentations qu’il fait de la femme, les visages, les corps, les yeux, les lignes, les autres motifs réalistes qui meublent la toile et tout ce que l’on y retrouve, confèrent à la toile des vibrations lumineuses qui révèlent un imaginaire plein d’exaltation. Il ajoute également que les œuvres de chahidi se présentent comme des essais ayant le même objectif : découvrir, dévoiler et démystifier la femme. Il a une façon particulière de développer et de dévoiler de façon mystérieuse la femme orientale, même celle vivant dans son Riad à Marrakech. On ne peut que féliciter l’artiste pour son œuvre réussie grâce à la maitrise qu’il a de la matière en mettant en scène des symboles métaphoriques comme les sirènes, les poissons, les papillons, les livres, les violons, les chevaux ou encore les bougies. Des symboles qui renvoient à des époques différentes et des univers particuliers.