Les biocarburants de deuxième et troisième générations au secours de la cheminée au bioéthanol

cheminee_bio_ethanol

Au vu des contraintes que les biocarburants de première génération affichent, notamment la concurrence face aux industries de l’alimentation, il est devenu primordial de trouver des solutions. Les principales solutions sont la production de biocarburants de deuxième et troisième génération qui eux aussi seront capables d’alimenter la cheminée au bioéthanol et les véhicules terrestres, maritimes et même aériens. Deux principales méthodes permettent de synthétiser les biocarburants de deuxième génération à partir de déchets de biomasse : la méthode biochimique et la méthode thermochimique. La méthode thermochimique permet aux scientifiques de transformer les plantes en un gaz qui est lui-même transformé en carburant, principalement en biodiesel. Ce biodiesel peut être utilisé dans les moteurs de véhicules sur terre et sur mer, tandis que le bio kérosène obtenu lui peut servir dans l’aviation. Cette méthode thermochimique présente des points forts :

Premièrement, cette méthode permet de se servir de l’ensemble de la plante, ce qui évite de créer des conflits. Ensuite, on obtient un carburant qui peut être utilisé dans n’importe quel moteur et dans les cheminées au bioéthanol en savoir plus , sans avoir besoin de modifier quoi que ce soit, avec cette méthode on peut produire du kérosène et les émissions de gaz à effet de serre sont fortement réduites. De nombreux industriels sont en cours de développement de projets préindustriels, dont certains ont déjà vu le jour. Les recherches sont effectuées en partenariat avec les industriels afin d’aboutir à des méthodes qui présentent le meilleur rapport qualité/prix. Avec l’ajout d’hydrogène dans le processus de fabrication, le carburant obtenu pourrait être assez compétitif.

L’espoir des biocarburants de troisième génération

cheminee-ethanol-

Dans un avenir proche, il sera possible de produire des biocarburants sans avoir besoin de se servir de plantes. Les biocarburants pourront être fabriqués dans des photo-bioréacteurs dans lesquels des organismes photosynthétiques produiraient de l’huile avec comme seules matières premières des nutriments comme le gaz carbonique et la lumière. Ensuite cette huile sera transformée en biodiesel et bio kérosène qui pourraient probablement servir dans la cheminée au bioéthanol, si on adapte son moteur. Les recherches actuelles sont menées dans les villes de Grenoble et Cadarache depuis maintenant 10 ans et elles se basent principalement sur les microalgues ou les cyanobactéries qui sont capables de faire de la photosynthèse. En comprenant les mécanismes biologiques, les scientifiques pourront mieux manipuler les micro-organismes. Les scientifiques cherchent des solutions pour pouvoir utiliser les micro-organismes à leur capacité optimale.